Samedi, 18 Novembre 2017
Dernières nouvelles
Principal » Le maire de Clichy vent debout contre les prières de rue — France

Le maire de Clichy vent debout contre les prières de rue — France

11 Novembre 2017

"Stop aux prières de rue illégales", c'est le message de ces dizaines d'élus rassemblés ce vendredi 10 novembre au matin devant la mairie de Clichy (Hauts-de-Seine). Parallèlement, une prière "illégale" se déroulait malgré le mouvement des mécontents, exhortant à mettre de l'ordre dans la ville.

Depuis presque huit mois maintenant, les fidèles musulmans organisent chaque vendredi des prières de rue qui attirent entre 300 et 500 personnes, selon le journal Le Parisien. Une situation qui exaspère le maire les Républicains de Clichy Rémi Muzeau qui en appelle à l'Etat et se dit "démuni".

Parmi les maires, conseillers départementaux ou régionaux, figurait notamment la présidente LR du conseil régional d'Ile-de-France. La prière s'est donc finalement tenue.

Ces fidèles protestent contre la fermeture en mars de leur lieu de culte en centre-ville, accusant le maire de ne pas leur proposer de "terrain adapté avec option d'achat", pour qu'ils puissent y construire un nouveau local. Les fidèles, eux, invoquent la fermeture de leur lieu de culte.

Nadia, qui est clichoise, a de son côté confié à Sputnik que le rassemblement n'est qu'une "récupération politique", alors que les députés ne parviennent pas à accomplir leurs promesses électorales.

"Le ministre de l'Intérieur doit interdire les prières [de rue]", a renchéri Rémi Muzeau, avant d'ajouter: "Moi je dois assurer la tranquillité et la liberté des gens de ma ville". Ils manifestent, selon la même source, contre l'expulsion en mars dernier des associations musulmanes de Clichy-la-Garenne (UAMC) de la rue Estienne-d'Orves - un bâtiment qui appartient à la commune - suite à une décision du Conseil d'État datant de novembre 2016, et après un long bras de fer entre les deux parties prenantes. Cette salle avait été aménagée sous la précédente municipalité socialiste et louée à l'UAMC qui voulait la racheter. Mais l'UAMC juge cette mosquée des Trois-Pavillons excentrée, mal desservie par les transports en commun et trop exiguë.


Le maire de Clichy vent debout contre les prières de rue — France