Samedi, 18 Novembre 2017
Dernières nouvelles
Principal » Pollution : respirer un jour à New Delhi revient à fumer 50 cigarettes

Pollution : respirer un jour à New Delhi revient à fumer 50 cigarettes

11 Novembre 2017

Le froid et l'absence de vent plaquent au sol les émissions polluantes des véhicules, usines et centrales énergétiques, les empêchant de se dissiper. Les instruments de mesure de la qualité de l'air s'affolent, révélant des niveaux de particules ultra fines, les plus dangereuses pour les voies respiratoires, situés entre 400 et 700 microgrammes par mètre cube d'air.

L'OMS recommande de ne pas dépasser 25 microgrammes/m en moyenne journalière pour la santé.

Des situations comme celles de New Delhi mettent en question la durabilité des modes de vie humains dans des zones aussi peuplées.

Les écoles ont été fermées par les autorités jusqu'à dimanche; les voyageurs d'affaires sont invités à mettre à masque pour se déplacer dans la ville et à oublier tout exercice physique, même en milieu apparemment confiné. "Ce n'est pas du brouillard, c'est de la fumée et ça nous rend certainement tous malades".

Le prince Charles et son épouse Camilla descendent de leur avion dans un nuage de pollution à New Delhi.

Inconscients de la pollution, nombre de Delhiites pensent que cette brume est uniquement d'origine naturelle.

À l'hôpital Mayo, l'un des plus grands de Lahore, des files de patients attendent un traitement assis sur des brancards.

Pour protéger leurs poumons, les enfants de New Delhi n'iront pas à l'école. L'OMS avait classée en 2014 Delhi ville la plus polluée au monde.

Une fillette brandit une affiche pour dénoncer la pollution lors d'un épisode de smog à New Delhi, en 2016. Les plus petites particules, de la taille d'un trentième du diamètre d'un cheveu humain, s'infiltrent jusque dans le sang des personnes exposées.

En 2015, la contamination atmosphérique, terrestre et aquatique était présumée responsable de 2,5 millions de décès dans ce pays, plus lourd bilan humain de la planète, a estimé une récente étude publiée dans la revue The Lancet.


Pollution : respirer un jour à New Delhi revient à fumer 50 cigarettes