Samedi, 18 Novembre 2017
Dernières nouvelles
Principal » Les étranges relations de Trump et Poutine à l'APEC

Les étranges relations de Trump et Poutine à l'APEC

15 Novembre 2017

Donald Trump et Vladimir Poutine ont rapidement évoqué la Syrie et déclarent dans un communiqué conjoint "que le conflit en Syrie n'a pas de solution militaire". Au lendemain de ce discours de Donald Trump, ces onze pays ont annoncé dans une déclaration commune faite en marge du sommet de l'Apec qu'ils avaient trouvé un cadre pour un nouvel accord de libre-échange sans les États-Unis.

Le Forum de l'Asie-Pacifique (Apec) se poursuit toute la journée du 11 novembre à Danang, au Vietnam, en présence des responsables de 21 pays de la région, dont le président américain Donald Trump, le président russe Vladimir Poutine et le président chinois Xi Jinping. On ne peut pas lui demander encore plus. Je viens juste de le lui redemander. Il n'a pas fait ce qu'ils disent qu'il a fait.

"Le comportement du président américain est extrêmement correct et bienveillant, "a estimé le président russe".

"Dans son style pugnace, il a encore martelé qu'il ne laisserait " plus les États-Unis se faire abuser " et a répété ce qu'il avait dit, déjà, en septembre à la tribune des Nations Unies: "il mettra " toujours l'Amérique d'abord, de la même manière, j'espère, que vous tous dans cette pièce donnerez la priorité à vos pays respectifs ".

"Je pense qu'il se sent très insulté par cela, ce qui n'est pas une bonne chose pour notre pays parce qu'encore une fois, cela nous aiderait beaucoup d'avoir une relation avec la Russie pour la Corée du Nord, qui est notre plus gros problème en ce moment", a-t-il encore précisé. Les deux hommes ont échangé par deux fois une poignée de main, ainsi que quelques mots au cours de ce sommet, mais sans véritable tête-à-tête. Le fait qu'il n'y a pas eu de face-à-face est lié "à l'agenda chargé de Donald Trump, à mon agenda à moi et à certaines formalités du protocole", a expliqué à la presse Vladimir Poutine, en assurant n'y voir "rien de grave". Les médias américains publient régulièrement, se référant à des sources non citées, des informations sur des contacts de l'équipe de campagne de Donald Trump avec des fonctionnaires et des hommes d'affaires russes.

"Nous avons parlé de tous les sujets que nous voulions aborder", a-t-il affirmé. "Nous combattrons les pratiques destructives qui consistent à contraindre les entreprises à abandonner leurs technologies ou à les forcer à des partenariats pour avoir accès aux marchés", a-t-il assuré. "Nous voulons avoir des relations harmonieuses avec les Etats-Unis", a souligné le président russe. Le président russe, que l'ONG Reporters sans frontières qualifie de "prédateur" lorsqu'il s'agit de la liberté de la presse, a même été jusqu'à affirmer que l'offensive contre RT "est une attaque contre la liberté d'expression".


Les étranges relations de Trump et Poutine à l'APEC